Des scientifiques mettent au point un calendrier des maladies infectieuses

A chaque mois, sa maladie? C’est ce que révèle une équipe de chercheurs qui a établi un calendrier des maladies de saisons à partir de données épidémiologiques du monde entier. Varicelle, grippe, salmonelle, IST… Découvrez à quel moment de l’année vous avez le plus de risque d’être contaminé par ces infections.

Sommaire

  1. Les maladies de l’hiver
  2. Les maladies du printemps
  3. Les maladies de l’été
  4. Les maladies de l’automne
  5. D’autres facteurs à prendre en compte

Une étude publiée dans la revue PLOS Pathogens explique que la prévalence d’au moins 31 maladies infectieuses est liée à la saison. Pour pouvoir établir un calendrier, les chercheurs ont analysé les données épidémiologiques des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (principale agence fédérale des Etats-Unis en matière de protection de la santé publique), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).Les maladies de l’hiverSans surprise, la

grippe atteint son pic épidémique durant les mois d’hiver. Par temps froid et sec,

le virus reste plus longtemps dans l’air.Les maladies du printempsLa

varicelle explose quant à elle au printemps car le virus prolifère sous la chaleur et l’humidité.Les maladies de l’été
L’étude indique que durant les mois les plus chauds fleurissent (dans l’hémisphère nord ) les infections sexuellement transmissibles (

IST) telles que la gonorrhée, l’herpès génital ou encore la syphilis. En cause, une hausse de la libido pendant la période estivale et un état d’esprit propice à la multiplication des partenaires.
En été, les températures élevées boostent la reproduction d’insectes vecteurs de maladies comme la tique et les moustiques, entraînant une augmentation des cas de

maladie de Lyme et du virus du Nil occidental.Les maladies de l’automneLa période de rentrée des classes, en septembre, est marquée par l’augmentation de cas de

rougeole chez les enfants. En France, le vaccin contre la rougeole est obligatoire depuis le 1er janvier 2018. Mais les autorités sanitaires observent une recrudescence du nombre de cas dans le pays,

notamment en Ile-de France le mois dernier.D’autres facteurs à prendre en compteSi la saison joue un rôle majeur dans la survenue de certaines maladies infectieuses, la migration et l’hibernation des animaux sont aussi des facteurs à prendre en compte dans les pays les moins développés, fait savoir l’étude. Les fluctuations du système hormonal humain durant l’année peuvent aussi affaiblir nos défenses naturelles et nous rendre ainsi plus vulnérables à certaines maladies.Les auteurs de l’étude n’ont pas inclus

Ebola et la

trypanosomiase africaine  (maladie du sommeil) dans leur liste car ces virus ne sont pas liés à la saison.”Les mécanismes liés à la saisonnalité dans la survenue de maladies infectieuses devraient être pris en compte par les centres de contrôle et de prévention des maladies. Cela permettrait de renforcer les politiques de santé publique visant à les contrôler“, prévient le Pr Martinez, co-auteur de l’étude.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *