Stimuler la mémoire dès 3 ans pour une scolarité réussie

Une étude canadiennea relié la réussite scolaire à l’entraînement très précoce de la mémoire dans la vie du jeune enfant.Ses auteurs suggèrent d’incorporer des exercices pour stimuler la mémoire dès la maternelle et durant l’école primaire pour éviter le décrochage scolaire.

Les enfants qui réussissent le mieux sont ceux qui ont été habitué à améliorer leur mémoire dans la petite enfance.

Selon des scientifiques canadiens, les parents auraient tout intérêt à faire des exercices d’entrainement à la mémoire avec leur enfant, dès 3 ans. A la clé, la promesse de bulletins de notes satisfaisants et une scolarité sans décrochage.1824 enfants suivi de la maternelle au collègeC’est en effet ce que vient de démontrer le Dr Caroline Fitzpatrick et son équipe montréalaise du centre Concordia: “Il est étonnant de voir que la mémoire de travail mesurée à un si jeune âge a des impacts aussi importants 10 ans plus tard“, explique l’auteure principale de l’étude.Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont fait des tests de mémoire de travail sur 1824 enfants agés de deux ans et demi puis à trois ans et demi. Ils ont ensuite observé leurs résultats scolaires, 10 ans après, au collège à l’âge de 12/13 ans. La mémoire de travail est un type de mémoire à très court terme : par exemple, montrer un jouet à un enfant de 3 ans et lui demander d’aller en chercher un semblable dans la pièce voisine. Elle permet notamment de suivre les consignes d’un travail en classe. “On traite un ou deux morceaux d’information pour les manipuler mentalement pendant une brève période de temps“, explique Mme Fitzpatrick.D’après l’étude, les enfants qui réussissent le mieux sont ceux qui ont été habitués à améliorer leur mémoire dans la petite enfance.  “Nos résultats suggèrent que les différences individuelles en bas âge sur le plan de la mémoire de travail pourraient contribuer au risque développemental de décrochage au secondaire, compte tenu de l’engagement à l’école, de la moyenne et du redoublement préalable d’une classe, le cas échéant“ affirme le Pr. Fitzpatrick.Les conseils des experts pour booster la mémoire des enfantsPar exemple, les jeux de rôle au préscolaire favorisent la mémoire de travail, parce que l’enfant doit se souvenir du rôle qu’il joue. Des exercices d’amélioration des “fonctions exécutives“ – la capacité de suivre des directives et d’inhiber son comportement pour accomplir une tâche – aident aussi la mémoire de travail, selon Mme Fitzpatrick. Avec les petits, les auteurs suggèrent aussi la piste de la

méditation de pleine conscience qui, en plus de les aider à se concentrer, améliore la mémoire de travail. “Les tout-petits peuvent exercer leur mémoire de travail en jouant à faire semblant avec d’autres enfants, car cette activité nécessite qu’ils se souviennent de leur propre rôle et de ceux des autres“ explique Linda Pagani, de l’Université de Montréal, coauteure en chef de l’étude. “Encourager l’attention chez les enfants en les aidant à se concentrer sur chacune de leurs expériences favorise aussi la mémoire de travail“.

Chez les plus grands, limiter le temps passé devant un écran, smartphones, tablettes , télévision et jeux vidéo est une bonne stratégie pour éviter d’endommager les fonctions cognitives et donc la

mémoire.Pour tous, les spécialistes recommandent le football, le basket-ball ou encore le skate comme activités altertnatives pour booster la concentration et la mémoire. “Nos résultats soulignent l’importance d’une intervention précoce.Les parents peuvent aider leurs enfants à renforcer leur capacité de mémorisation à la maison, ce qui peut avoir un impact positif sur leur performance scolaire plus tard“ estime le Pr. Caroline Fitzpatrick.Enfin pour les parents qui auraient des doutes, “il n’existe pas de test diagnostique pour la mémoire de travail, mais les problèmes sont facilement décelables. On parle d’enfants pour qui les informations entrent par une oreille et sortent de l’autre“, explique le Dr Caroline Fitzpatrick.David Bême avec AFP/RelaxnewsSource : 

Early childhood working memory forecasts high school dropout risk – Caroline Fitzpatrick, Isabelle Archambault, Michel Janosz, Linda S. Pagani – Intelligence, Volume 53, November–December 2015, Pages 160-165Photo : ©Olesia Bilkei/shutterstock.comClick Here: Cheap FIJI Rugby Jersey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *