Près d'un écolier sur trois exposé aux polluants

Une mauvaise qualité de l’air dans les écoles serait associée à des risques accrus d’asthme et de rhinite chez les enfants, d’après une étude réalisée par des chercheurs de l’Inserm. Cette étude montre également que 30 % des enfants sont exposés à des niveaux de polluants de l’air intérieur des classes bien supérieurs aux valeurs guides de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Près d'un enfant sur trois est exposé à des niveaux de polluants de l'air intérieur des classes bien supérieurs aux valeurs guides de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Publiés dans la revue Thorax du 29 mars, les travaux de l’équipe d’Isabella Annesi-Maesano de l’unité mixte “Épidémiologie, systèmes d’information, modélisation“ (Inserm/UPMC) sont le fruit du suivi de 6 590 enfants scolarisés, âgés d’environ 10 ans. L’étude a été conduite dans six villes de France (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Marseille, Strasbourg et Reims) sur un échantillon de 401classes, réparties dans 108 écoles primaires.
L’objectif premier de cette enquête était d’évaluer le niveau d’exposition de ces enfants à certains

polluants atmosphériques présents dans les classes, dont les particules fines d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres, le dioxyde d’azote et le formaldéhyde. Ces trois polluants proviennent essentiellement de la combustion automobile, des produits de combustion, de construction ou de décoration, et d’entretien.
Premier constat : trois enfants suivis sur dix sont exposés à des niveaux de polluants supérieurs aux valeurs dites “guides“ de l’OMS et de l’Anses (1).
Les résultats d’un test cutané et d’un test d’exercice ont également montré que l’exposition à des niveaux élevés de ces polluants était responsable d’une augmentation du risque d’

asthme et de

rhinites chez les enfants scolarisés.
La mauvaise qualité de l’air intérieur pourrait à terme détériorer la santé allergique et respiratoire des enfants, qui passent en moyenne 8 h par jour à l’école. Il est donc important de maintenir une bonne qualité de l’air en classe. Cela permettrait de limiter les risques de développer les signes cliniques des rhinites et de l’asthme. Cette action doit être accompagnée par une surveillance stricte de l’exposition des enfants aux polluants à la maison et à l’extérieur“, concluent les principaux auteurs de l’étude.
 
Cette surveillance préconisée par les auteurs est d’ailleurs en cours. En effet, en septembre 2009, une vaste campagne pilote de

surveillance de la qualité de l’air dans les écoles et crèches a été menée dans 160 établissements de 13 régions. Si les résultats sont relativement bons,  8 % des établissements présentent de forts taux de benzène et/ou de formaldéhyde, les deux polluants mesurés dans le cadre de cette campagne.
La deuxième phase de cette campagne a été lancée à la rentrée 2010 : 150 établissements supplémentaires situés dans les autres régions françaises doivent être visités. Au total, 310 établissements seront donc inspectés. A noter que l’Ile-de-France fait partie des régions qui travaillent en collaboration avec le ministère durant toute la durée de cette campagne.
 
Parallèlement à cette campagne nationale, la Ville de Paris a décidé d’aller plus loin en constituant un panel réellement ambitieux. En fait, pour étudier en détail l’influence de l’environnement sur la santé respiratoire des petits parisiens, une cohorte de quelque 3 840 enfants a été constituée :

la cohorte PARIS (pour Pollution and Asthma Risk: an Infant Study). Le Pr Isabelle Momas, de la Faculté de pharmacie de Paris, mène actuellement une étude qui devrait permettre de mieux comprendre les relations entre pollution et santé respiratoire des enfants.
 
Click Here: Cardiff Blues Store Yamina Saïdj avec Relaxnews
(1) Particules fines (PM2.5) : 10µg/m3 selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
 Dioxyde d’Azote (NO2) : 40µ/m3 selon l’OMS
 Formaldéhydes : 10µg/m3 par an selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES)
 Source : “Qualité de l’air intérieur et santé respiratoire à l’école“, Communiqué de presse de l’Inserm, 29 mars 2012Etude : “

Poor air quality in classrooms related to asthma and rhinitis in primary schoolchildren of the French 6 Cities Study“ Isabella Annesi-Maesano and al, Thorax, 21 mars 2012 Source : “Qualité de l’air intérieur et santé respiratoire à l’école“, Communiqué de presse de l’Inserm, 29 mars 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *