Petit guide de la diversification alimentaire

Nourri au sein ou au biberon, bébé va petit à petit découvrir de nouveaux plaisirs gustatifs. Mais attention, l’étape de la diversification alimentaire est délicate à gérer ! A quel moment introduire légumes, viande et poisson ? On vous dit tout pour des premiers repas… sans faux pas !

Bébé grandit, et vous aimeriez lui faire goûterautre chose que du lait…Pas trop vite !Pas de précipitation ! Bébé doit rester aulait jusqu’à quatre mois ! Pourquoi ? Parce que le nombred’allergies alimentaires chez les enfants est en constanteaugmentation, notamment à cause des diversificationsalimentaires trop précoces. Pour certainsingrédients, l’introduction doit être plus tardiveencore : pas avant six mois pour le gluten descéréales et dix mois pour les œufs. Et allez-ydoucement, pas plus d’un nouvel aliment à la fois. Mais netardez pas trop non plus, certains scientifiques pensent que celapourrait entraîner des troubles du comportement alimentaire,et en particulier une néophobie : n’ayant pasété habitué à une grandevariété d’aliments lorsqu’il étaitréceptif, l’enfant serait ensuite plus réfractaireà la découverte de nouveaux goûts.Les étapes de la diversification
– A partir de 4 ou 5 mois : Quelques céréales sansgluten (farines infantiles) – Fruits ou légumes (compotespurées)
– A partir de six mois : Viande et poisson – Yaourts, fromagesblancs
– A partir de 8 mois : Recettes simples (quelquesingrédients)
– Dès un an : Recettes complexes, OeufsCes étapes sont données à titre d’exemple.Demandez conseil à votre médecin pour des menusadaptés à votre bébé !Bien sûr, le lait reste au centre du repas debébé, les autres aliments ne vont le remplacer que demanière progressive.Pas assez de gras !Lorsque l’on change ainsi le régime alimentaire debébé, pas facile de lui donner exactement ce dont ila besoin. Si le lait maternel ou les laits adaptés ont unecomposition qui correspond à ses besoins, c’est maintenantà vous d’éviter les déséquilibres.Sachez par exemple que les bébés manquent aujourd’huide lipides, alors n’hésitez pas à ajouter une petitenoisette de beurre sur leurs épinards ! Selon uneenquête menée par le Pr. Marc Fantino de Dijon et laSOFRES, l’alimentation des enfants entre 4 mois et deux anscontient entre 29 et 33 % de matières grasses, alors que lelait maternel en contient 45 %. D’ailleurs, les apports en acidesgras Oméga 3 et Oméga 6, seraient insuffisants.N’oubliez pas de mettre du poisson au menu !Gare aux excèsA l’inverse, les quantités de protéines dans lespremiers repas de bébé sont tropélevées. Selon le Pr. Fantino, ces apports seraienttrois à quatre fois supérieurs à ceuxrecommandés ! Or il semble y avoir un lien direct entre cetexcès et les risques futurs d’obésité…Pensez à favoriser les légumes !En ce qui concerne le sel, heureusement il ne semble pas y avoir deproblèmes dans les premiers mois de la diversificationalimentaire. Il est vrai que les produits pour bébésont extrêmement contrôlés. Les risquesd’excès apparaissent par la suite : dès l’âgede 3 ans, 50 % des enfants dépassent les apportsnutritionnels conseillés (920 mg/j). Gare aux chips !Comme les parents !La plupart des parents sont vigilants sur ce problèmed’alimentation spécifique. D’ailleurs, ils nepréfèrent pas prendre de risque les premiers temps :à un an, la majorité des enfants consomment despetits pots ou des petits plats achetés dans le commerce,mais cela évolue vite. A deux ans, la plupart des enfantsmangent la même chose que leurs parents !Saviez-vous que Doctissimo propose des 

box grossesses dédiées aux futures mamans et adaptées aux stades de grossesse ? Chaque trimestre, la box contient les produits essentiels pour la future mère et pour préparer l’arrivée de bébé.Alain SousaSource : Diversification alimentaire : nouvellesdonnées, Journées de Nutrition Pratique DIETECOM2004, mars 2004.Click Here: camiseta river plate

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *