Des patates contre les papillomavirus ?

Avec près de 1 600 décès par an, le cancer ducol de l’utérus représente la 4e cause demortalité par cancer des femmes en France. A l’originede son développement, des lésionsprécancéreuses dues à des virus de la familledes papillomavirus (HPV). Depuis plusieurs années, lesscientifiques travaillent à la mise au point d’unvaccin préventif, un vaccin sans aiguille !
“La beauté d’un vaccin oral réside dans le faitque vous n’avez aucun besoin d’une aiguille. Dans laplupart des cas, vous n’avez même pas besoin d’undocteur“ déclare le virologiste Robert Rose. Au débutdes années 1990, une équipe del’Université de Rochester a isolé laséquence génétique à l’origine del’enveloppe du HPV. Utilisant cette séquenced’ADN, les scientifiques ont créé desparticules ayant l’apparence des virus, mais dépourvude tout caractère viral : les virus-like particles (VLP). Ily a cinq ans, les premiers tests sur l’homme ontconfirmé l’innocuité et la survenue d’uneréponse immunitaire. Des essais cliniques seraient en courspar SB-Biologicals, une division de Glaxosmithkline.
Mais les chercheurs universitaires ont exploré de nouvellesméthodes de vaccination plus efficaces et plus pratiques.Ils ont ainsi inséré l’ADN codant pour les VLPdans des plantes ; Les fruits et les feuilles de ces plantestransgéniques contiennent ainsi les fameux VLP. Lesscientifiques ont nourri les souris avec des pommes de terretransgéniques, auxquelles ils ont ajouté un petitnombre des VLP purifiés et des bactéries intestinalespour booster le système immunitaire. Résultat :après quatre semaines, les souris ontdéveloppé une réponse immunitaire contre lespapillomavirus.
Bien que les pommes de terre soient un met très populaire,les scientifiques se tournent désormais vers les bananes.Elles ont l’avantage de pouvoir être consomméescrues, ce qui réduit le risque de destruction desprotéines lors de la cuisson. De plus, elles poussentfacilement dans des pays en voie de développement oùles populations sont particulièrement à risque.
Source : Communiqué de l’Universityof Rochester Medical Center
British Journal of Cancer, Vol. 84, No. 12, June 1, 2001Click Here: collingwood magpies 2019 training guernsey

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *